Pages Navigation Menu

L'actualité de toute une commune

‘‘ Pour une justice équitable ’’

‘‘ Pour une justice équitable ’’

 

Interviewé par le journal web LeMuslimPost, Yamin Makri, d’un naturel très discret est un militant musulman d’origine lyonnaise, mais aussi un ami de longue date de l’islamologue suisse Tariq Ramadan.

‘‘ Tout le monde a le droit à un procès équitable ’’, Yamin Makri répond aux questions du MuslimPost.
L’un des acteurs les plus actifs dans le milieu associatif musulman en France, un co-fondateur du mouvement transnational ‘‘ Résistance & Alternative ’’, mais aussi un ami très ancien et très proche du théologien suisse. Il pilote également le comité de soutien de ce dernier.

– Comprenez vous que le public et particulièrement les plaignantes peuvent se retrouver mal à l’aise face au large soutien auquel vous appelez ?, cela ne pourrait-il pas entraver le droit de ces dernières ?

‘‘ Nous éprouvons un respect total du droit des plaignantes, elles ont tout à fait le droit d’être entendues. Personne ne peut remettre en question ce postulat ’’, répond Yamin Makri.
Pour lui, le présumé est considéré aux yeux de la justice comme coupable, il a déjà commencé à purger sa peine, sans qu’un jugement n’ait eu lieu.

En effet, la dernière décision de la Cour d’appel de Paris sur le maintien en détention du prédicateur vient justifier la crainte d’une possible réitération des faits ou d’éventuelles pressions sur les plaignantes ou témoins. C’est très clair, pour les juges, l’islamologue est déjà coupable, incarcéré depuis le 2 février, il a commencé à purger sa peine sans être jugé. ‘‘ C’est très alarmant, mais nous ne baisserons jamais les bras ’’, indique Makri.
Ce dernier est convaincu que l’affaire dépasse la question du droit du théologien à une justice équitable, l’enjeu est beaucoup plus important que cela. Il s’agirait en effet, de préserver et d’assurer l’instance judiciaire, pour que la répartition des pouvoirs soit justement respectée. ‘‘ Je militerai pour que dans mon pays ne persiste pas le sentiment d’injustice lorsqu’il s’agit d’une certaine population ’’, affirme le militant musulman.

– On a comme l’impression que certains défendent sans discernement le théologien suisse, quand d’autres l’attaquent aveuglement… N’y a-t-il pas selon vous un juste-milieu ?

Dans la société, auprès de la communauté musulmane et dans les médias, cette affaire suscite un grand intérêt.
L’affaire de Tariq Ramadan, est une affaire emblématique, très lourde de sens au sein d’une société qui peine à gérer les différences de chacun et l’idée du vivre ensemble.
Makri affirme dans ses réponses, que cette affaire a été fort médiatisée dans le cadre de la compagne mondiale pour ‘‘ le respect des femmes ’’, il considère également qu’il y a lieu d’instrumentalisation et de détournement de celle-ci, chose qui n’enlève rien à la légitimité du présumé.
Pour ‘‘ finir ’’ Tariq Ramadan, ses détracteurs ont usé de cette campagne. Tandis que ces mouvements qui visent à défendre les droits des femmes et ceux de minorités discriminées devraient s’unir avec tout ceux qui militent pour une citoyenneté égalitaire.

Tout être humain doit être respecté indépendamment de ses origines, sa religion, ses idées ou ses convictions. Toute personne a droit au Droit. Une vie humaine reste une vie humaine au-delà de tout type d’appartenance.