Pages Navigation Menu

L'actualité de toute une commune

Les dangers liés à la création d’entreprise et comment les éviter ?

Posted by on Déc 2, 2017 in Entreprises | Commentaires fermés sur Les dangers liés à la création d’entreprise et comment les éviter ?

 

C’est clair que nous vivons actuellement dans un environnement évolutif et dynamique  et que les entreprises ne cessent de se battre pour faire face à cette incertitude et à de nombreux risques qu’elles peuvent croiser.

 

La concurrence, la diversité des activités et la complexité des activités et des réglementations, rendent de plus en plus floues les sorts des entreprises et inquiètent ses dirigeants.

 

En effet, les solutions économiques d’autrefois ne correspondent plus à celles d’aujourd’hui, et les critères de réussite d’un projet sur lesquels se fondent actuellement une entreprise n’auront plus lieu demain. Cela dit, l’entreprise vit en relation perpétuelle avec un environnement changeant pleins de risques et de défis et auquel elle doit toujours s’adapter plus rapidement et efficacement. Mais comment être sûr de faire les bons choix?

Qu’elles appartiennent au domaine de l’industrie, du commerce, de télécommunication ou de services, les entreprises d’aujourd’hui sont confrontées à un nombre important de risques liés à plusieurs facteurs.

 

Opter pour des mesures préventives pour la continuité de son projet

Il s’avère que les entreprises qui réussissent le plus et qui perdurent dans le temps, sont celles qui savent de protéger contre tout risque qui peut nuire sa productivité et toute menace capable de diminuer sa rentabilité.

 

Selon Salustro Reydel, le directeur général de l’entreprise de prévoyance spécialisée dans la distribution de contrats de prévoyance, Filiassur :  » Nous vivons actuellement dans l’ère du risque, où rien n’est sûr et plus rien n’est garanti. Les entreprises subissent de plus en plus de pressions de l’environnement et rencontrent des risques divers et imprévisibles.  »

 

La solution selon le dirigeant de la société de courtage Filiassur, et de mettre en place un dispositif de management des risques consistant à identifier, évaluer et gérer les risques aussi bien réels que potentiels.

 

Pourquoi opter le management des risques en entreprise ?

 

Le management des risques de l’entreprise est une politique adoptée par les dirigeants (le conseil d’administration, la direction générale, le management et l’ensemble des collaborateurs de l’organisation des entreprises) et servant à accroître la confiance et de contribuer à créer de la valeur pour les actionnaires.

Le management des risques de l’entreprise sert à déterminer tous les risques et les menaces qu’une entreprise peut rencontrer et à trouver la solution la plus adéquate permettant de les éliminer. Outre, il a pour but de proposer une assurance raisonnable quant à l’atteinte des objectifs de l’organisation.

 

Read More

Les trois fondamentaux pour réussir ses premiers mois de chef d’entreprise

Posted by on Mar 14, 2017 in Entreprises | Commentaires fermés sur Les trois fondamentaux pour réussir ses premiers mois de chef d’entreprise

Vous venez de créer votre entreprise et vous vous posez des questions à propos la réussite de vos premiers mois d’activité ? Certes, c’est la période la plus délicate durant laquelle vous devez apprendre de vos erreurs et essayez de réduire les risques au maximum. Pour cela, les conseils d’autres entrepreneurs qui ont réussi leur défi, comme Marie-Laure Pochon, est importante. En effet, Marie-Laure Pochon est la présidente du groupe Acteon spécialisé dans la fabrication de l’équipement médical et dentaire. Son expérience dans ce domaine fait d’elle un success story très inspirant pour les jeunes porteurs de projets. Ainsi, nous relevons les trois fondamentaux qui vous permettront de réussir vos premiers mois d’entreprise.

Faire tout avec attention

Lorsque vous vous lancez dans un nouveau projet, la majorité des taches reviennent à votre charge. Vous serez l’administrateur, le chargé judiciaire, le comptable, le preneur de décisions, le recruteur, le commercial, etc. En effet, vous risquez de devenir le superman qui doit remplir toutes les fonctions à temps pour permettre à son entreprise de fonctionner.

Pour ne pas confondre les missions et ne pas tomber dans la pression qui risque de tout rater, l’entrepreneur pourra anticiper ceci en poursuivant quelques formations dans les domaines qui lui font défaut par exemple. Il ne faut surtout pas tomber dans la facilité ou la nonchalance face à une tache quelconque pour éviter de tout bousiller.

Avoir des priorités dans le management

L’entrepreneur est à la fois leader et manager de son projet. Ainsi, il devra avoir un ordre de priorité pour ses différentes fonctions afin qu’il assure le bon déroulement de l’activité. Ainsi, la fixation des stratégies et actions commerciales relèvent d’une importance primordiale pour pouvoir séduire les clients : ça devrait être votre première priorité.

Comme priorité également, l’entrepreneur pourra mettre le respect de ses échéances et deadlines commerciales, sociales et fiscales comme objectif principal pour éviter les mauvaises tournures. Pour organiser tout le travail, vous pouvez faire des plannings, tableaux et fiches de gestion qui vous serviront comme outil de suivi de vos activités.

Garder la tête haute

Dans les premiers mois de l’ouverture d’une entreprise, vous allez certainement rencontrer plusieurs difficultés et peut-être des conflits et des crises. Vous devez éviter les pensées négatives, garder la tête haute et faire de sorte que tout finisse par s’arranger. Votre motivation et votre passion sont les principaux moteurs de votre réussite.

Read More

Le fonctionnement d’un redressement judiciaire

Posted by on Nov 10, 2016 in Entreprises | Commentaires fermés sur Le fonctionnement d’un redressement judiciaire

On parle de redressement judiciaire, quand l’entreprise en question ne dispose plus d’actifs suffisants pour rembourser son passif exigible. Dans ce cadre, l’administrateur judiciaire intervient pour le compte de l’entreprise pour assurer la continuité de son activité. Comment fonctionne le redressement judiciaire ?

Une procédure douloureuse

justice

Voir son entreprise confrontée à plusieurs difficultés qui menacent sa viabilité et son avenir, n’est pas facile à accepter par les dirigeants. Au début, ils essayent de positiver et de trouver des solutions qui peuvent sauver leur activité sur le court terme, parfois ils arrivent à ressortir de la crise, mais dans d’autres cas, les résultats peuvent être tragiques.

Il ne faut pas attendre pour déclarer la cessation de paiements, et l’accumulation de la dette. Et ce, pour obtenir le droit à un redressement judiciaire, qui peut être le seul espoir pour sauver votre activité. Il faut agir vite pour assurer l’ouverture d’une procédure de redressement. A l’échec de cette procédure, le tribunal passe à la liquidation judiciaire.

L’ouverture d’une procédure de redressement

213546_redressement-judiciaire-quelles-consequences-en-cas-de-defaut-d-inscription-d-une-creance-posterieure-privilegiee-8353263-k4_1000x533

Le gérant de la société, peut prendre la décision d’ouvrir la procédure de redressement budgétaire, lui-même, dans les 45 jours qui suivent la cessation de paiement. Sinon, c’est le procureur de la République ou encore les créanciers qui peuvent déclencher cette démarche.

Quand l’entreprise exerce dans le domaine commerciale ou artisanale, cette opération est encadrée par le tribunal de Commerce. Pour les autres activités, le passage se fait par le Tribunal de grande instance.

Cette procédure, démarre par une phase d’observation, qui dure 6 mois, cette phase va permettre de dégager des rapports détaillés sur l’activité et le fonctionnement de la société. Pendant cette période, le tribunal peut désigner un administrateur judiciaire, comme Philippe Jeannerot, un grand spécialiste dans le domaine pour piloter l’entreprise. L’objectif est d’épurer la dette, et de consolider la trésorerie de l’entreprise.

Cette période d’observation est une période transitoire, où les remboursements sont mis en standby, question de faire gagner du temps à la société pour récupérer et reprendre son activité. Philippe Jeannerot et associés et l’un des cabinets qui maitrisent la procédure de redressement. Les cabinets d’experts, essaient d’épauler les directeurs, dans cette situation, ils préparent des leviers d’actions qui facilitent le remboursement des créanciers.

Les objectifs de cette démarche sont de préparer un bilan complet qui renseigne sur l’état et l’évolution de l’entreprise. L’application des mesures de restructuration nécessaires, dans une approche qui vise le développement de l’entreprise dans le futur. La vérification des créances et la création de trésorerie.

 

 

 

Read More

Les femmes, chefs d’entreprises

Posted by on Oct 31, 2016 in Entreprises | Commentaires fermés sur Les femmes, chefs d’entreprises

Le succès de l’entrepreneuriat féminin, est appuyé par la réussite de plusieurs figures féminines qui ont pu s’imposer sur le monde des affaires, comme Marie Laure Pochon (Actéon), Jeanne Pollès (Philipe Morris), Nathalie Roos (Masterfoods), Nathalie Mesny (marques Carrefour) … Toutefois, le nombre des femmes, qui occupent des postes clés dans le monde des affaires, est encore faible par rapport à leurs homologues masculins.

Une progression faible

5853322-8725847

Il est à avouer que le nombre de femmes qui dirigent, gèrent, et pilotent les entreprises a beaucoup évolué ces dernières années. Mais cette progression reste faible. En 2013, une étude réalisée par le cabinet d’audit KPMG, et qui porte sur « la place des femmes aux postes de direction générale », explique 14,1 % des chefs d’entreprises sont des femmes.  Cette même étude, avance que la participation de la femme dans le monde entrepreneurial n’a évolué que de 1,2 points sur 10 ans (entre 2003 et 2013).

48% de la population active en France est représentée par des femmes, toutefois 14% de ces femmes occupent de hautes fonctions, dans les entreprises (PDG, CEO, Gérante, DG, présidente,).

« Même si la proportion de femmes dirigeantes au sein des entreprises n’a pas progressé de façon suffisamment importante ces dix dernières années, plusieurs signaux permettent un certain optimisme » indique Jacky lintignat, directeur général du cabinet KPMG.

L’évolution de l’entreprenariat féminin en chiffres

women-leaders2

Grâce à la loi Copé-Zimmermann (27 janvier 2011), en France les femmes occupent un pourcentage de 25,1% des conseils d’Administration et de surveillance des sociétés. Les dirigeantes d’entreprises ont réussi également à s’imposer dans les domaines dits masculins comme (l’industrie agroalimentaire, BTP, énergie).

40% des femmes chefs d’entreprises, dirigent des sociétés d’au moins salariés, 15 % mènent les sociétés qui emploient plus de 500 salariés. Ces directrices sont plutôt jeunes, elles sont arrivées à leurs postes, soit en créant leur entreprises 44%, en ayant un promotion interne (27%) ou par la transmission familiale qui totalise 22%. Concernant la transmission familiale, il s’agit d’une évolution positive qui indique que les fondateurs d’entreprises sont plus nombreux à confier la tâche de direction à leurs filles.

« L’enjeu est aujourd’hui de jouer la complémentarité des genres entre femmes et hommes à la tête des entreprises. Les structures avec une direction mixte réussissent mieux que les autres et semblent démontrer leur efficacité opérationnelle. En théorie, cela promettait de fonctionner, en pratique, cela fonctionne », ajoute Jacky Lintignat.

 

« Trop souvent, les femmes ont peur d’envisager ou de franchir la dernière marche qui mène au pouvoir dans l’entreprise par manque de confiance en soi, par peur de la rudesse de la mêlée, et aussi et probablement surtout par crainte de l’impossibilité de tout concilier. » indique la CEO du Groupe Actéon, Marie Laure Pochon. L’ancienne directrice de lundbeck donne un seul conseil aux femmes qui cherchent à aller plus loin dans leurs carrières : « Osez car la réussite c’est vrai a un petit parfum enivrant ».

Read More